Standard de structuration des données: Schema.org

Standard de structuration des données: Schema.org


Afin de standardiser la façon dont les moteurs de recherche « comprendront » le code html d’une page web enrichie de micro-données sémantiques, ils ont besoin que les données structurées soient formatées avec un standard connu. Auparavant, plusieurs standards cohabitaient (microformats, RDFa, microdata, etc.). Actuellement, un standard commun intitulé « Schema.org » a vu le jour après un accord entre les trois principaux moteurs de recherche Google, Yahoo et Bing.

Qu’est qu’un format de données structurées ?

Si vous utilisez seulement les balises standards du langage HTML (H1, H2…, P, etc.), les moteurs qui viennent indexer votre page, ne comprendront pas qu’il s’agit d’une liste de films, de recettes ou de produits quelconques.

Par ailleurs, si vous utilisez un format reconnu de données structurées, vous pouvez aider les robots qui supportent ce format à comprendre à quoi correspondent vos données.

Utilité des données structurées :

Les données structurées seront surtout utiles pour les sites web qui ont des fiches produits (sites e-commerce, recettes de cuisine, films, célébrités, événements etc.), et qui affichent des notes avec des étoiles attirant la vue de l’internaute et l’incitant à exprimer son avis. Il leur est recommandé d’adopter ce standard afin d’être mieux référencé, et surtout pour soutenir leur visibilité sur les pages de résultats.

Les moteurs de recherche vont utiliser ces données non seulement pour comprendre la sémantique des données présentés sur les pages web mais aussi pour enrichir leur propre base de données.

Google a déjà construit un produit basé sur les données structurées pour sa recherche de recettes disponible seulement sur google.com pour aider l’internaute à affiner sa recherche.

Pourquoi schema.org ?

Les microformats posent parfois des problèmes de conflit avec les noms de classe CSS tandis que RDFa est jugé parfois trop complexe.
Les microdata (micro données) retenues par  Google,  Microsoft et Yahoo se situent à peu près à mi-chemin.
Une fois que vous aurez intégré ces microdonnées, testez votre page sur l’outil de Google de test des Rich Snippets.

Fermer le panneau